0%

back Retour à la liste

MÉDECINS DU MONDE

Banque d’information médicale et outil d’aide au diagnostic

Nous avons été impressionnés par l'efficacité des équipes, notamment par un suivi régulier, mais aussi par le conseil apporté tout au long du projet. Ayant une idée claire de ce que nous attendions, nous avons été challengés de manière à ce que l'application réponde d'autant plus aux besoins fonctionnels décrits lors du brief.
Dr Raphaël Alluin, Chef d'unité de soins palliatifs dans le CHRU de Nancy et Responsable du projet pour Médecins du Monde

medecins Screens medecins Screens

Créer un outil d’aide au diagnostic et au traitement pour les médecins de l’association

Médecins du Monde souhaite mettre à disposition de ses équipes sur le terrain un nouvel outil. Une application qui les aide à établir le bon diagnostic et à choisir le bon traitement. Cet outil doit être très simple d’utilisation, pour que les médecins aient envie de s’en servir. Il doit leur faciliter le travail au quotidien. Par ailleurs, il faut aussi qu’il fonctionne hors ligne. Dans les pays où l’application va être utilisée, en Afrique notamment, certaines zones n’ont pas ou peu de couverture Internet.
1 1
2 2

Un projet en mécénat de compétences

Une échelle graduée pour mesurer la douleur

Des questionnaires QCM pour évaluer l’état de santé

Un backoffice simplifié

L’UX design primordial pour faciliter l’utilisation par les médecins sur le terrain

Un outil pratique et ludique

Des smileys pour les enfants

Un projet en mécénat de compétences

À l’Agence 148, le projet enthousiasme immédiatement. On décide de travailler en mécénat de compétences. Chaque année, on choisit deux projets pour lesquels on se met à disposition du client sous forme de don d’heures de travail. Celui de Médecins du Monde correspond parfaitement aux valeurs auxquelles nous croyons et que nous avons envie de défendre : servir l’intérêt général et avoir un impact positif sur le monde.

Le défi principal a été de créer une application médicale ultra fonctionnelle, utilisable dans des pays où Internet n’est pas disponible partout et où les patients ne savent pas tous lire et écrire.
Hélène, Directrice Artistique à l’Agence 148

Une échelle graduée pour mesurer la douleur

Concrètement, cet outil se présente sous forme d’un site Internet que l’on peut enregistrer sur son smartphone ou sa tablette et l’utiliser comme une application. Il comprend toute une banque d’informations à destination des professionnels de santé dans la médecine palliative. On y trouve deux outils principaux d’aide au diagnostic. Le premier est une échelle visuelle analogique (EVA). Cette échelle se présente sous la forme d’une barre graduée de 0 à 10 grâce à laquelle le patient peut lui-même évaluer la douleur, 0 correspondant à « aucune douleur » et 10 à « douleur maximale imaginable ». Même si le patient n’est pas en état de parler, il peut ainsi communiquer d’une autre manière sur son état de santé. À partir du résultat, le médecin ou l’infirmier est renvoyé grâce à du maillage interne vers le type de traitement à administrer et toutes les informations sur la posologie des médicaments en question. Grâce à cette application, le patient participe à son propre examen médical lors des 3 étapes : l’analyse, l’interprétation et le choix du traitement.

Les ateliers organisés lors de la conception nous ont permis d'expliciter le contenu médical. Les outils mis en place pour le suivi du projet ont été simples et efficaces.
Dr Raphaël Alluin, Chef d'unité de soins palliatifs dans le CHRU de Nancy et Responsable du projet pour Médecins du Monde

Des questionnaires QCM pour évaluer l’état de santé

Les deuxièmes outils d’aide au diagnostic sont des formulaires, comportant un certain nombre de questions. L’objectif est le même que pour l’échelle visuelle analogique : obtenir un score chiffré sur un état de santé puis être renvoyé vers le traitement adapté. Aucune donnée n’est enregistrée dans l’application mais le soignant peut conserver les résultats pour mesurer l’évolution de la maladie de son patient.

Un backoffice simplifié

Pour ces questionnaires, nos développeurs Bastien et Samuel veillent à créer un backoffice très simple d’utilisation pour Médecins du Monde. Ainsi, l’association peut régulièrement créer de nouveaux formulaires et faire évoluer son outil. Elle n’a qu’à choisir le type de questions (par oui ou non, ou à choix multiples) et à gérer l’interprétation du résultat, en affectant un score à un diagnostic. Enfin, il suffit d’ajouter un lien de maillage interne vers le type de traitement correspondant.

L’UX design primordial pour faciliter l’utilisation par les médecins sur le terrain

Pour la création de cette appli, Hélène, notre créa, a un rôle crucial : la rendre ultra fonctionnelle. Il faut que l’interface donne envie et qu’elle soit facile à comprendre dès la première utilisation. Avec Christy, notre cheffe de projet, elles travaillent sur l’UX design, l’expérience utilisateur. L’idée est de créer une base de données au sein de laquelle il est aisé de naviguer. À partir des 100 pages de contenus envoyées par Médecins du Monde (posologies, définitions des termes techniques médicaux), elles conçoivent l’architecture du site : une structure simple, faite de dossiers et de sous-dossiers, modulables par le client. Sur le terrain, les médecins retrouvent le contenu recherché grâce à un moteur de recherche ou directement via les différents dossiers.

Concevoir quelque chose de simple demande du travail, une réflexion approfondie sur l’architecture du contenu et la navigation
Christy, cheffe de projet à l’Agence 148

Un outil pratique et ludique

Au cours de cette phase de conception, le patient est lui aussi au cœur des préoccupations. Médecins du Monde souhaitent que les malades soient pleinement associés à leur suivi médical et à leur traitement. Pour être efficace, ce nouvel outil doit donc aussi être simple et ludique pour eux. Qu’ils soient lettrés ou non, adultes ou enfants. Le mobile permet par exemple de jouer sur le format portrait ou paysage. Pour l’échelle visuelle analogique, on choisit le format paysage pour obtenir une graduation plus longue et un schéma visuellement plus compréhensible.

Des smileys pour les enfants

Pour les plus petits, en complément des chiffres, on intègre des smileys plus ou moins tristes ou plus ou moins heureux pour leur permettre d’évaluer leur douleur. La création graphique, par la distinction des couleurs entre la partie enfant et la partie adultes par exemple, vient renforcer ce travail sur l’expérience utilisateur. Mais elle n’est pas centrale. Ce qui compte, c’est de créer une interface claire. Et surtout utile.

Voir plus de projets

Voir tous les projets back
Voir tous les projets back

Un projet ? On s'en parle ?

En vrai c'est encore mieux

Contactez-nous